Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription

Infobésité et datadictature (discours de clôture de l'événement Syntec Camp par @fredbascunana)

Contexte : Syntec Camp avec EFFORST J'ai proposé au Syntec Numérique, parce que ça cadre bien avec le scope de l'association que j'ai fondée, EFFORST (European Foundation FOR Sales Transformation), un Syntec Camp sur le thème de l'infobésité . Ce Syntec Camp s'est tenu le 27 avril 2017 à Paris, le thème détaillé étant le suivant : « Infobésité » et « datadictature » : comment survivre dans la pléthore informationnelle et sélectionner les bons outils ? L’infobésité, c'est le nouveau mal du siècle. Que ce soit par email, via la publicité ou les réseaux sociaux par exemple, nous croulons tous sous l'information et les sollicitations. En parallèle, avec le ' big data ', le volume de données et d'informations accessibles (pour le public comme pour les équipes marketing & commerciales), augmente de façon vertigineuse. Deux indicateurs, au hasard ? 250 milliards d'emails envoyés chaque jour sur la planète sur Youtube par exemple, environ 500 nouvelles heures de vidéo sont publiées… à chaque minute ! Passons chez les pros : un directeur marketing est littéralement enseveli sous la pléthore de propositions de valeur en provenance des 5000 (sic) logiciels et plateformes disponibles en salestech/martech ! Moralité : même les entreprises qui souhaitent s’équiper pour mieux vendre et mieux cibler la data… ne savent plus où donner de la tête. Alors  quelles stratégies adopter  pour éviter la saturation de ses prospects, de ses clients... et de ses équipes ?  Quels outils évaluer  pour reconnaitre un bon prospect, et le contacter au bon moment ? Des experts ont apporté leurs réponses durant toute la matinée du 27 avril. Le programme exploré ce jour-là est donc visible d'un clic ici .    Discours de clôture de l'événement : Ceci étant mon blog, je m'autorise un souvenir d'égotisme encouragé d'ailleurs en ce sens par le camarade impriovisé que fut l'adorable  Jean-Philippe Déranlot , qui a enregistré mon discours spontané de clôture de l'événement. Jean-Philippe est un consultant-formateur dont j'apprécie les valeurs fortement tournées vers l'humanisme digital (par opposition à l'excès d'outils dont l'époque semble abuser) - ce qui explique que nous ayons accroché et qu'il m'ait fait l'honneur d' un article reprenant mon propos . Il a enregistré mon discours en MP3 avec un smartphone, qualité passable mais support utile à l'archivage que je conerve pour moi-même. Mes lecteurs apprécieront beaucoup plus la retranscription en texte. Je me borne donc à la recopier ici même, en remerciant encore une fois chaleureusement le camarade Jean-Philippe d'avoir eu l'extrême gentillesse de l'effectuer :                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Le nouveau Cluetrain : à méditer chers amis marketeurs

Le premier Cluetrain manifesto n’a pas été suffisamment lu par les marketeurs bien que fondamental. "Les marchés sont des conversations" : j'enseigne encore l'origine de ce qui est à mes yeux un adage incontournable, à des responsables marketing qui l'ignoraient. Cela me sidère dans la mesure où ce texte lumineux devrait constituer la grammaire élémentaire du marketing. Or le risque associé au Social Selling notamment, c’est de mal comprendre cette thèse, et de l'inverser : prendre les conversations pour des marchés… et de générer un effet contre-productif en polluant les médias sociaux. Certaines offres émergent d'ailleurs non sans un certain cynisme court-termiste : - des “bots” (programmes dotés d’une intelligence artificielle) commencent à saturer les réseaux pour relayer des messages marketing préformatés, - certaines sociétés assurent en sous-traitance la gestion de “vendeurs virtuels” : on ne sait plus si l’on a affaire à des personnes dont le profil affiché est l'identité réelle... - les plateformes d’engagements tentent de “gamifier” en interne la diffusion de messages du marketing par les salariés : il en résulte une explosion du “bruit” et un contenu ressassé, sans originalité. D'où l'intérêt de lire aussi la mise à jour par deux des auteurs : http://newclues.cluetrain.com/ Je cite : "Marketing still makes it harder to talk." 16 ans après : tout reste à réexpliquer... Aussi bienvenue à mes pairs pour poursuivre la réflexion et l’enrichir autour d’un débat pédagogique.                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Ubérisation ? - Non, Amazonisation

Avec Amazon Go, le spectre de la suppression massive d’emploi devenus obsolètes et superflus prend forme. L'info brute, ici et là . Mais ce n’est plus de l’ ubérisation . L’ubérisation c’est : Un nouveau business model provoqué par la réintermédiation et réappropriation d’un métier par d’autres intervenants. La plateformisation des compétences : les applis permettent de faire se rencontrer l’offre et la demande de façon plus efficace. Le maintien (voire la réinvention) de l'interaction humaine La présence encore balbutiante de l'intelligence artificielle L’amazonisation c’est : Le même business model La suppression des compétences : appli ou pas, le consommateur accède à une nouvelle expérience de fluidité absolue. La suppression de l'interaction humaine : "No lines, no registers, no humane interaction" L'omniprésence de l'intlligence artificielle - le deep learning en est la pierre angulaire “Il y a deux sortes d'efficacité, celle du typhon et celle de la sève” - écrivait Camus L’ubérisation c’est la sève. L’amazonisation c’est le typhon.   NB : Uber aura bien sûr recours bientôt au driveless cars, donc à son tour "amazonisera" ses concurrents.   C’était juste un point de vue - mais il est dans mon habitude de porter le débat dans la rencontre physique. On approfondit collectivement et c’est le plus souvent filmé. Pour en débattre en meetup filmé, postulez sur cette page.                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Traitons de la "Transformation" avec un peu de retenue, s'il vous plait

Je réagis à l'article de mon camarade Jean-Philippe CUNNIET que je remercie profondément d'avoir recadré le terme de "Transformation", pointant par là, je ne sais s'il l'a fait exprès mais ce fut l'un de mes prismes de lecture en tout cas, le charlatanisme sous-jacent à toutes les expressions et contextes business qui abusent du terme sans retenue. Son article est excellent : mais je suis un peu excédé de façon générale, et en particulier au travers de certains commentaires, par la récupération naïve que n'importe quelle profession opportuniste peut faire du terme, sous prétexte que oui, ce qu'il fait est source de "Transformation". J'ai même mis une image (en vignette ci-contre sur la présente page) qui synthétise pour moi à la perfection la parfaite crétinerie de cette vue de l'esprit qu'on nous vend souvent comme si un  wanabee decision-maker qui se prend pour un maître du monde se contentait d'appuyer sur un bouton avec écrit "transformation" dessus - juste pour la déclencher... (et je passe sur la banalité lancinante de cette iconographie omniprésente, vous savez, le gars avec son doigt qui clique sur un truc, voir cette image partout me donne à la longue de l'urticaire) La "solutionnisme numérique" est passé par là... et jusqu'aux concepts les plus nobles s'en trouvent galvaudés, gadgétisés. (pour ceux qui ne connaîtraient pas encore l'expression, je l'emprunte à l'excellent historien des sciences Evgeny Morozov qui déboulonne ainsi la vision que porte la Silicon Valley)                                                                                                                                                                                                                                                                                        

#problem_solving : peut-on concevoir des standards dans la fourniture d'énergie numérique ?

Nos talks #problemsolving : Un talkshow centré sur un travail d'idéation et flash consulting en compagnie d'un décideur-acheteur et d'un prestataire offreur de services. Le décideur soumet une problématique (c’est le “problem raiser”), l’offreur de solution (“problem solver”) doit la résoudre (pendant le temps du plateau, sans préparation, spontanéité garantie et perceptible à l’image). L'authenticité du déroulement de cette rencontre est favorisée par l'animation : nous nous en portons garants. L'audience peut ainsi observer un cheminement intellectuel légitime - une offre de valeur confrontée aux interrogations sans concession du décideur, qui n’est strictement motivé que par son intention de trouver une réponse valable à sa problématique de départ.                                                                                                                                                                                                                                                                                        


Le collaboratif au service du changement
Le nouveau Cluetrain : à méditer chers amis marketeurs
#problem_solving : peut-on concevoir des standards dans la fourniture d'énergie numérique ?
3 questions pour comprendre Openstack
Social Media... Innovation !
La FING propose : Transitions², transition au carré
3 questions à un expert pour comprendre la neutralité des réseaux
Géopolitique de l'Internet et conquête de la souveraineté numérique.
Le web 2.0 au service du développement durable
Infobésité et datadictature (discours de clôture de l'événement Syntec Camp par @fredbascunana)
Ubérisation ? - Non, Amazonisation
Traitons de la "Transformation" avec un peu de retenue, s'il vous plait
Innovations sociales et numérique
Compétences numériques : un enjeu pour l'innovation
Internet et juridiction : quelle est la géographie du cyberespace ?
L'empreinte sociale des entreprises virtualisées
Entrepreneurs au service de causes
Santé 2.0 et hôpitaux : Impacts, opportunité ou contraintes ?
Comment les TICS peuvent-elles  aider les entreprises à améliorer leur empreinte sociale, environnementale et écologique ?
Usages des NITC dans le secteur de l'humanitaire : Rencontre avec Nicole Guedj

Financement équitable
Crowdfunding : Wiseed et sa communauté partagent leurs convictions.

Technos Mobiles au service du social
Technologies collaboratives au service du télétravail : visions de DRH
MOBILITE 2011 : Est-ce la fin du PC ?
Assurer le développement des territoires grâce aux réseaux et services numériques

Dernières interviews
Nuage de chaînes
Cloud Computing Crowdfunding et crowdsourcing Digital natives - Y generation Greenvision.tv Infrastructures durables Le management responsable Notre offre / Comment utiliser ce site Santé 2.0 Socio-digitale Open Innovation Tech Women - l'IT au féminin Télétravail et nouveaux modes de collaboration Transformation numérique et nouveaux modèles de croissance Webcastory
Flux RSS digital4change.tv